Newsletter

Restez informés des dernières nouveautés Bertille!

Mot de passe oublié?

Etes-vous sûr de vouloir vous déconnecter?

Se déconnecter

 

 Commerce éthique et coton propre

Nous avons tous droit à un environnement professionnel sûr et sain, à un salaire décent, à un contrat de travail légal. Nous avons tous le droit d’être libres de la discrimination et du harcèlement, de nous syndiquer – ou non, de choisir librement notre travail. Nous avons tous le droit à un travail juste et à des horaires raisonnables. Et nos enfants ont le droit d’aller à l’école. 

Bertille a soigneusement choisi ses matières premières selon une politique de tolérance zéro concernant les critères suivants de responsabilité sociale:

  • Non au travail des enfants
  • Non aux travaux forcés
  • Conditions de travail saines et sûres
  • Contrats de travail légaux
  • Paiement d’un salaire décent
  • Liberté d’association et droit à la négociation collective
  • Non à la discrimination envers les employés
  • Non aux horaires excessif

Toutes les installations de son fournisseur ont été auditées d’un point de vue social et ont mis en place un système de contrôle en accord avec les critères émis par l’International Labour Organisation, l’Ethical Trading Initiative et autres instances internationales.

Viennent s’ajouter les certificats de conformité comme les SA8000, BSCI, SAFE, GOTS, etc.

Manufacture éthique & Justice pour les travailleurs

La pression pour produire plus en augmentant les quantités de textile bon marché a conduit l’industrie de la confection à réunir les pratiques commerciales les moins éthiques de la planète incluant le travail des enfants (forcé), les horaires excessifs (12h/jour, 7 jours/semaine) et les conditions de travail les moins sûres et antihygiéniques.

Son fournisseur s'est assuré qu'il ne contribue pas – même sans le vouloir - aux injustices sociales rencontrées dans la confection et communément appelés ateliers clandestins. Leur circuit d'approvisionement est transparent depuis 2006, avec l’aide de consultants dépendants de l’organisation à but non-lucratif la Fondation Fair Wear.

La Fondation Fair Wear

Fair wear foundation logo

Dans la mode, quel est le côté sombre d’une étiquette ?

La mission de la Fondation Fair Wear (FWF, Fair Wear Foundation) est d'améliorer les conditions de travail au sein de l'industrie textile. Elle collabore avec ses entreprises membres et s'assure de l'amélioration de leurs efforts pour de meilleures conditions de travail. La FWF vérifie que le Code de Conduite du Travail est mis en œuvre et respecté dans les usines. Notre fournisseur est la première entreprise au Royaume-Uni à être devenue membre.

 

100% des points de manufactures sont engagés dans le programme d’audit et de surveillance de la FWF.

Les entreprises adhérant à la FWF et qui signent le Code de Conduite du Travail s’engagent à respecter les normes régissant le travail dans leur domaine d’activité. Elles acceptent également le devoir de faire tout leur possible pour amener d’autres entreprises en amont ou en aval (des fournisseurs par exemple) à respecter ces normes à leur tour.

FWF est dirigée par les organisations suivantes :
• Modint (association professionnelle des manufacturiers et distributeurs dans la mode, le design d’intérieur, les tapis et les textiles)
• CBW-MITEX (association professionnelle des détaillants en design d’intérieur, mode, chaussures et vêtements de sport)
• FNV Bondgenoten (fédération de syndicats – industrie des services)
• CNV Dienstenbond (syndicat chrétien – industrie des services)
• Campagne Vêtements Propres

Ensemble avec l’Ethical Trading Initiative (ETI), les associations Fair Labor, Social Accountability International, le Workers Rights Consortium et la campagne Vêtements Propres (Clean Clothes Campaign), FWF a participé à l’Initiative commune pour la responsabilisation des entreprises et le droit des travailleurs.


Non au travail des enfants

Les enfants ne travaillent pas. Les employés doivent avoir terminé leur période d’école obligatoire et doivent avoir au moins 15 ans. Toute forme d’esclavage ou pratique comparable comme la vente et le trafic d’enfants, la servitude pour dette, le servage et le travail forcé ou obligatoire sont bannies. Les enfants [âgés de 15-18 ans] ne devraient accomplir aucun travail susceptible, de par sa nature ou des circonstances de sa réalisation, d’endommager leur santé, sécurité ou la morale. Conventions 138 et 182

Non aux travaux forcés

 Les travaux forcés ne seront pas utilisés, y compris dans le cadre du recouvrement d’une dette ou le travail de prisonniers. Conventions 29 et 105

Conditions de travail saines et sûres

 Des mesures vont être prises pour garantir un environnement professionnel sûr et sain, prenant en compte la connaissance disponible dans le secteur industriel et les risques spécifiques possibles. Des mesures efficaces seront prises pour prévenir les accidents et la détérioration de la santé provenant ou lié au travail. Les facteurs de risqué dans l’environnement professionnel doivent être réduits autant que faire se peut. La violence physique, les menaces de violence physique, les châtiments inhabituels, les mesures disciplinaires et toute forme d’intimidation sexuelle ou autre de la part de l’employer sont strictement interdites. Convention 155

Contrats de travail légaux

Les obligations des employeurs, à commencer par le règlement des assurances et charges sociales liées à un contrat de travail normal, ne seront pas évitées en essayant d’introduire des contrats d’apprentissage sans une volonté réelle de les voir déboucher sur un contrat de travail. Les jeunes employés doivent avoir des opportunités de prendre part à des programmes de formation continue et de stages. 

Paiement d’un salaire décent

Les salaires et contributions pour une semaine standard de travail doivent être au moins égal au minimum légal du pays ou du secteur industriel, et devront obligatoirement correspondre au moins aux besoins de base des travailleurs et de leur famille, et leur fournir une réserve. Des déductions de salaire pour raison disciplinaire ne seront pas admises : seules les déductions légales pour d’autres raisons seront permises. Les déductions ne devront jamais amener l’employer à toucher moins que le salaire minimum. Les employés doivent être informés clairement et correctement concernant le détail de leur salaire, y compris le salaire de base et la date de paiement. Conventions 26 et 131

Liberté d’association et droit à la négociation collective

Le droit de tous les employés à former ou rejoindre un syndicat et à mener des négociations collectives devra être reconnu. Les représentants des employés ne doivent pas être discriminés et doivent avoir accès à tout l’espace de travail dans l’exercice de leurs fonctions représentatives. Conventions 87, 98, 135 et Recommandation 143

Non à la discrimination envers les employés

Les politiques de recrutement, de salaire, de formation continue, de promotion, de licenciement, de retraite et de tous les aspects syndicaux doivent être conduites sur la base de l’égalité des chances indépendamment de la race, couleur, religion, orientation politique, appartenance syndicale, nationalité, origine sociale, limitations ou handicaps. Conventions 100 et 111

Non aux horaires excessifs

Le nombre d’heures travaillées correspondra à la législation en vigueur et aux normes du secteur d’industrie. Les salariés ne seront en aucun cas obligés de travailler plus de 48 heures par semaine de façon habituelle et il leur sera donné un jour de congé pour 7 jours travaillés. Les heures supplémentaires devront être volontaires, ne seront pas plus de 12h par semaine, ni régulières. Elles feront toujours l’objet d’une compensation financière supplémentaire. Convention 1

La Fondation pour la Justice Environnementale – La Campagne Coton Propre

Pour soutenir la campagne Coton Propre de la FJE, tous les vêtements sont étiquetés avec le pays d’origine du coton employé, ce qui démontre notre engagement à lutter contre le travail forcé des enfants et en faveur des droits des ouvriers Ouzbeks et d’ailleurs.

De plus en plus de détaillants de bonne qualité comme Tesco, Wal-Mart ou Debenhams commencent à reconnaître le problème du coton ouzbek et exigent l'identification des sources de coton brut tout au long des filières d'approvisionnement.

 

www.ejfoundation.org

Choisir du coton propre

Le coton Ouzbek est un monopole d’Etat qui repose sur l’esclavage et les travaux forces de milliers d’enfants travaillant dans des conditions épouvantables pour un salaire inexistant ou de misère.


Bertille garantit ainsi que le coton utilise ne vient pas d’Ouzbékistan. (Les modèles utilisent les cotons turcs, indiens & égyptiens).